Marguerites (2)

Publié le

Sa robe volant au vent lui claquait les chevilles, mais elle n’aurait pas pu moins s’en préoccuper ; elle était submergée par la magnificence des millions de fleurs délicates. Le soleil au loin, l’herbe sauvage qui poussait par-ci par-là... tout laissait croire à une peinture. Pourtant, elle était réellement là, réellement vivante.

Du moins... l’était-elle?

Commenter cet article